- Advertisement -

Mévente de la noix de cajou : Le DG du Conseil Coton-Anacarde, Coulibaly Adama explique les raisons

54
Listen to this article
«La commercialisation de la noix de cajou se déroule dans un contexte international de crise économique marquée particulièrement par une demande en amande de cajou inférieure à l’offre du fait principalement de la baisse de la consommation mondiale, qui est un effet de la hausse de la baisse des coûts de l’énergie au plan mondial », a expliqué Dr Coulibaly Adama, Directeur Général du Conseil Coton-Anacarde.
Il s’exprimait à l’occasion d’une conférence de presse relative à la commercialisation de la noix de cajou, au titre de la campagne 2023, qui a eu lieu, jeudi, au siège Annexe du CCA, à Cocody(Abidjan).
A partir du 1er avril 2023, le marché de l’anacarde se complique, les consommateurs de cajou ont baissé leur demande car leur leur pouvoir d’achat a baissé consécutif à la crise mondiale, a-t-il ajouté.
Il également souligné que sur le terrain, les prix bord champ ont baissé (se situant entre 200 et 315 FCFA/Kg), faute d’acheteurs.
Face à cette situation, le Conseil Coton-Anacarde a initié dès le 20 avril dernier, une opération d’achat de régulation de noix de cajou, à travers l’organisation de ventes groupées dans plusieurs localités. Laquelle opération a permis aux acheteurs d’acheter la noix de cajou au prix de 315 FCFA/Kg. A ce jour, l’on note l’achat de 10 000 tonnes.
Dressant le bilan de la campagne 2023, Dr Adama Coulibaly a indiqué que la stratégie adoptée par le Conseil du coton-anacarde, depuis l’ouverture de la campagne, a permis de sortir, à ce jour, des mains des producteurs environ « 1 150 000 tonnes de noix brutes de cajou, soit 100 000 tonnes de plus que la quantité prévisionnelle qui était de 1 050 000 tonnes. A ce jour, les quantités détenues par les producteurs sont estimées, au 21 juin 2023, à environ 100 000 tonnes » a-t-il fait relevé.
Il a, par ailleurs, exhorté tous les ivoiriens  à la consommation  de la noix de cajou. « La consommation locale est l’affaire de tous. Il nous appartient à chacun de consommer 100g/jour », a-t-il affirmé.
Pour rappel, la campagne de commercialisation de la Noix de Cajou a été ouverte le 10 février dernier par le Gouvernement avec un prix plancher obligatoire de 315 F/Kg aux producteurs, pour la Noix de Cajou bien séchée et bien triée, ne comportant aucune matière étrangère.
 
 
 
S.A.