- Advertisement -

La recherche et la production industrielle des produits de santé au cœur des échanges du 3è congrès de la SOAPGI

152
Listen to this article

 

« De la recherche à la production industrielle des produits de santé ». Tel est le principal thème du 3è congrès de la Société Ouest Africaine de Pharmacie Galénique et Industrielle (SOAPGI), qui s’est tenu, du 08 au 10 novembre, dans la capitale économique ivoirienne, Abidjan( Universitaire Félix Houphouët Boigny de Cocody).
L’objectif de ce 3è congrès est de permettre la rencontre des chercheurs, des enseignants-chercheurs, des spécialistes, des professionnels de l’industrie pharmaceutique travaillant dans le cadre du développement et de la production de médicaments afin de propulser la transmission des connaissances, des savoirs et l’industrie pharmaceutique dans nos pays, a indiqué Pr Rasmané SEMDE, Président de la SOAPGI. Avant d’ajouter : « Ce que nous recherchons, c’est la divulgation de la technologie et de la science », a-t-il dit.
Organisé tous les deux ans dans l’un des pays membres, ce congrès a réuni, selon le Président du comité d’organisation et Secrétaire Général de SOAPGI, Pr KOFFI Armand, plusieurs pays (12 pays) et a permis des échanges d’expériences, de booster véritablement la recherche dans nos pays Africains notamment la recherche sur les médicaments à base de plantes pour améliorer la santé, la prise en charge des populations Africaines. Il s’agit également de trouver des moyens pour bâtir des résultats de la recherche, la production industrielle des produits de santé, favoriser la collaboration entre les différents chercheurs de la sous-région Ouest Africaine mais aussi de l’Afrique Centrale et de l’Europe, a-t-il ajouté.
A l’en croire, ce troisième congrès de la SOAPGI a tenu toutes ses promesses, avec 205 participants, 54 communications orales, 31 posters affichés.
Sur le plan scientifique, le Président du comité d’organisation a fait quelques recommandations. A savoir l’amélioration de la qualité des présentations, la collaboration entre les différents chercheurs ainsi que l’amélioration des résultats des travaux.
Aussi a-t-il rappelé que la SOAPGI a permis la promotion des dizaines de disciplines, l’augmentation de notre plateau technique.
Comme perspectives, il a recommandé qu’il faut « trouver les mécanismes de financement pour aider à la recherche, motiver les appels de fonds afin de booster la recherche et aller au-delà de l’espace Ouest Africain », a suggéré le Professeur titulaire en Pharmacie.
Il a, par ailleurs, souhaité que le Gouvernement crée des conditions à l’effet de favoriser la recherche (les principaux axes de recherche).
Pour sa part, la Présidente du Comité scientifique de ce 3è congrès, Pr Brigitte EVRARD de LIÈGE université (Belgique), a indiqué que le thème choisi est très important.  Car, il traite de la recherche et de l’innovation pharmaceutique et de leur applicabilité dans l’industrie pharmaceutique. « Nous, universitaires, devons valoriser nos recherches, booster l’économie de nos pays et améliorer la santé publique », a-t-elle exhorté, se réjouissant des échanges. « On a eu des échanges très intéressants. Je crois que, si tous les pays de l’Afrique de l’Ouest se mettent ensemble, il y aura certainement des moyens de développer des médicaments à base de plantes, qui pourraient être très utiles pour les populations », a-t-elle affirmé.
De son côté, le Président de l’Université FHB de Cocody, Pr Ballo ZIE a, dans sa brillante allocution, affirmé qu’il est « essentiel que nous unissions nos forces pour relever les défis, dans un monde en constante évolution « . « En tant qu’universitaires, nous avons la responsabilité de promouvoir la recherche de pointe et de former une nouvelle génération de penseurs critiques, capables de faire face aux enjeux de demain », a-t-il soutenu.
Poursuivant, le premier responsable de l’Université Félix Houphouët Boigny de Cocody n’a pas manqué de déplorer que l’approvisionnement en matières premières est fortement dépendant de l’extérieur. Aux dires du Professeur Ballo ZIE, « il n’existe pas de véritable connexion entre la Recherche & le Développement et le monde industriel. La production locale, ne couvre que 7% de besoins comparativement à d’autres pays comme la Tunisie (60%), le Ghana (34%) et le Nigeria (56%) et porte essentiellement sur les produits génétiques », a-t-il relevé.
Pour rappel, la SOAPGI est une société savante, créée en 2017. Elle comprend, aujourd’hui, près de 110 membres. Elle permet de motiver la collaboration entre les différents chercheurs, spécialistes, de favoriser la recherche pharmaceutique, de divulguer les résultats de la recherche pour la promotion des produits et médicaments dans la sous-région, de promouvoir des enseignants-chercheurs en pharmacie et d’améliorer les plateaux techniques de la recherche.
S.A.