- Advertisement -

Formation professionnelle et employabilité des jeunes : la Côte d’Ivoire et le Gabon pour un partage d’expériences

112
Listen to this article
La ministre gabonaise de la Fonction publique et du Renforcement des Capacités, Louise Boukandou Moussavou, s’est rendue chez le ministre de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle et de l’Apprentissage, N’Guessan Koffi, le lundi 06 mai 2024 à Abidjan-Plateau, en vue de s’imprégner du modèle d’apprentissage ivoirien basé sur les programmes Ecole de la Deuxième Chance et Académie des Talents. 
C’était en présence du Directeur Général du CAMPC, Joseph Assi Kaudjhis.
Présente en Côte d’Ivoire du 06 au 11 mail à l’appel du Centre Africain de Management et de Perfectionnement des Cadres (CAMPC) qui veut organiser au Gabon en décembre prochain son Conseil d’Administration et aussi y avoir une représentation.
« Je suis là à l’appel du directeur général du CAMPC qui avait effectué en mars dernier une mission au Gabon. En marge de cette visite, je suis venu chez mon collègue de la Formation professionnelle pour m’imprégner des mécanismes et outils mis en place pour résorber la question d’insertion des jeunes, un problème que nous avons en commun en Afrique. J’ai été marquée par la vision du ministre qui est de revoir, de repenser et de revisiter le système d’enseignement. C’est vraiment un modèle à regarder pour s’en inspirer », a souligné Louise Boukandou Moussavou.
Selon le ministre N’Guessan Koffi, l’employabilité des jeunes aujourd’hui, que ce soit en Côte d’Ivoire, au Gabon ou dans tous les pays africains francophones, demeure une préoccupation majeure.
« C’est pour les jeunes sortis très tôt du système éducatif pour se retrouver dans la rue ou diplômés sans emploi que nous avons créé l’Ecole de la Deuxième Chance. Nous avons expliqué notre modeste expérience à Madame le ministre. On va partager nos expériences et faire en sorte que dans des réflexions, on puisse penser à tous ces nombreux jeunes qui sont diplômés, mais n’ont pas été formés à la compétence et penser à les reconvertir », a-t-il fait savoir.
Le ministre qui est, par ailleurs, vice-président du CAMPC, s’est félicité de cette séance de travail au cours de laquelle Louise Boukandou Moussavou a annoncé que le Gabon va revenir au sein du CAMPC après vingt ans d’absence. Et que le Gabon qui se dit favorable à l’implantation à Libreville d’une représentation du CAMPC, a accepté d’organiser en décembre le prochain Conseil d’Administration du CAMPC.
La Côte d’Ivoire, rappelle-t-on, compte 67 établissements publics, sans compter les 15 en construction et qui seront opérationnels d’ici à 2025, et 657 établissements privés d’enseignement technique et professionnel. 142 741 élèves y étaient inscrits en 2022-2023.
S.A.