- Advertisement -

Défense des intérêts des populations : des Organisations de la société civile mettent en place la plateforme « Agir pour le peuple (AGIP) »

64
Listen to this article
Face aux maux qui minent la société ivoirienne, des organisations de la société civile n’entendent pas rester muettes et sans actions. Elles ont ainsi décidé de la mise en place d’une plateforme dénommée « Agir pour le peuple »(AGIP). Le lancement de ce plan d’actions commun a eu lieu le samedi 9 mars 2024. C’était au cours d’une rencontre qui s’est tenue à l’hôtel Assonvon sis à Yopougon(Abidjan).
A cette importante rencontre , le président du comité ad ’hoc, Armand Krikpeu, a défini les cinq objectifs essentiels d’Agir pour le peuple (Agip). Il s’agit de « lutter contre la cherté de la vie, la gabegie financière au sommet de l’Etat. Mais aussi contre l’impunité des acteurs de détournement de deniers publics », a-t-il indiqué.
Sans oublier de « faire stopper à tout prix les déguerpissements anarchiques et abusifs des populations, sans aucune contrepartie, et exiger un dédommagement pour les populations qui en sont déjà victimes », a ajouté le Président du Comité ad’hoc, qui avait à ses côtés certains de ses collaborateurs.
S’agissant du dernier point, dévoile le porte-parole, il s’agira pour les signataires d’œuvrer pour « une élection inclusive, juste, équitable et transparente en Côte d’Ivoire, gage d’une réconciliation vraie et durable ».
Dans le souci de mener à bien cette mission d’envergure, l’union envisage des rencontres avec les acteurs politiques de tout bord. Sans exclure les chefs religieux et traditionnels, les leaders d’opinion. A l’issue de ces échanges, il sera déterminé un plan d’actions commun, pour répondre aux attentes du peuple ivoirien.
Notons que la mise en place de la plateforme « Agir pour le peuple (Agip) » a fait, au préalable, l’objet de réunions de concertation, du 21 février au 2 mars dernier, à Yopougon.. Ces réunions visaient  à déterminer le cadre légal de la collaboration.
Le projet est porté par 78 organisations de la société civile. De façon symbolique, cinq parmi elles ont procédé à la signature de la convention au cours cette rencontre capitale.
S.A.