- Advertisement -

JIF 2024 : l’Union des femmes de la DGI salue les avancées des droits de la femme en Côte d’Ivoire et fait des propositions

155
Listen to this article

 

Fédérer les associations sœurs de femmes fonctionnaires, médecins, greffiers, l’Amicale du contrôle financier, l’association des femmes du budget, des impôts, des femmes chercheurs et magistrats, dresser le bilan de l’avancée des droits des femmes fonctionnaires en Côte d’Ivoire, relever les besoins et problèmes des femmes et trouver des solutions et se faire connaître et soutenir par les autorités administratives et les dirigeants. Tels sont les objectifs de la journée marquant la célébration de la Journée Internationale des droits de la femme organisée, le samedi 09 mars 2024, au siège de la MADGI sise à Cocody, par 7 associations de femmes fonctionnaires issues de différents domaines. 
A cette occasion, la Présidente de l’Union des femmes de la Direction Générale des Impôts (UFDGI), Mme Loukou Mariette, a salué les avancées des droits de la femme en Côte d’Ivoire notamment la nomination des femmes à des postes de responsabilité, la scolarisation de la femme, la régression du harcèlement des femmes. « Il a eu beaucoup d’avancées des droits des femmes en Côte d’Ivoire. Mais, nous exhortons le gouvernement à faire plus. Par exemple, 30% de femmes à des postes de responsabilité, c’est bon ; mais la moitié c’est-à-dire 50% serait excellente », a souhaité la Présidente de l’UFDGI, Mme Loukou Mariette, invitant le gouvernement à soutenir les femmes dans les différentes formations.
Elle a également réitéré ses remerciements à toutes les présidentes d’associations des femmes fonctionnaires pour leur dévouement, au Ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant(MFFE), aux Chefs de service et à la Marraine, Mme Cissé Bacongo.
La Représentante la Marraine de la journée et Administrateur des services financiers, Mme Ouattara Byffé, a, quant à elle, prôné l’union des femmes en fonction et souhaité que les droits des femmes « pour lesquels on lutte aujourd’hui, touchent tous les secteurs d’activité « .
Elle a, par la suite, exhorté les femmes à cultiver des valeurs telles que le respect des aînés, le travail bien fait, la paix, le pardon, le partage, la soumission ainsi que l’harmonie.
La Directrice Autonomisation des femmes à la Fondation Bloom a, par ailleurs, invité les jeunes filles ivoiriennes à être « pleines de valeurs », à se former, à avoir des visions et au « suivisme positif ».
Cette journée, qui a enregistré la présence d’un parterre de femmes fonctionnaires, a été riche en activités, à savoir, un tournoi de football féminin et un dîner gala.
Un panel portant sur le thème : « Comment concilier la vie de famille et la vie professionnelle » a également meublé ces « festivités ».
Dans son intervention, Mme Bamba Véronique, Paneliste et Inspecteur Général des services sociaux, a estimé que la famille et le bureau sont proches. Car, soutient-elle, c’est la même organisation, la même planification, la même gestion et le même contrôle. « Toutes ces choses qu’on fait au bureau, on les fait à la maison et quand on les fait, on arrive à juguler tous les problèmes », a-t-il expliqué.
A l’en croire, la femme a « cette capacité de faire plusieurs choses à la fois si bien qu’elle n’a pas de problème à passer du bureau à la maison et d’être aussi opérationnelle et compétente », a-t-elle soutenu.
Et de poursuivre : « Pour moi, la femme doit avoir le même salaire que l’homme. Il ne faut pas indexer les femmes. Qu’on arrête de stigmatiser les femmes « , a-t-elle affirmé.
Pour sa part, Mme Florence K., Paneliste et ancienne Directrice du genre et de l’équité au MFFE, s’est réjouie des droits acquis de la femme ivoirienne et a invité les femmes à préserver ces acquis.
Elle a, au cours de ce panel, partagé son expérience.
Créée le 02 février 2024, l’UFDGI a pour but, de fédérer les différentes associations sœurs des femmes fonctionnaires, mener des actions conjointes et éradiquer la pauvreté au sein de l’administration.
Sunday Alain