Amanien.Info
  • 2 octobre 2022 0h58

Me ZEHOURI:<>

ByGermain Ndri

Août 30, 2022

Dans cet entretien qu’il a accordé au Journal en ligne, AMANIEN.INFO, Me Bertin Paul-Armand ZEHOURI, Notaire et Cadre de la région du LOH-DJIBOUA donne les raisons de son adhésion au PDCI-RDA, fait des révélations. Le Président de l’ODAPCI (Observatoire pour le Développement, l’Amitié et la Prospérité en Côte d’Ivoire) se prononce également sur les élections régionales et municipales à venir et la récente rencontre des trois grands (Bédié, Gbagbo et Ouattara) et fait des propositions concrètes pour une paix durable en Côte d’Ivoire. Il appelle, à cet effet, à la paix et à la cohésion sociale en lançant un appel à tous. En tant que Président de l’ODAPCI, il dresse, par ailleurs, le bilan de ses actions menées en faveur de la région du LOH-DJIBOUA. 
 
 
Bonjour Président,
Quelles sont les profondes raisons de votre adhésion au parti septuagénaire, le PDCI-RDA à l’issue de l’audience que le Président Bédié vous a accordée ?
C’est une rencontre, en réalité. Puisque c’est c’est d’abord le Président Henri Konan Bédié qui a initié la démarche ; d’ouvrir son parti, le PDCI-RDA aux cadres et leaders capables de rassemblement, de cohésion et de développement. J’ai répondu à cette demande parce qu’elle me paraissait bien formulée et correspond à l’idée que je me fais de la politique dans ce pays et de ma région. C’est, donc, une adhésion qui rencontre une demande. Partant de là, je suis fort aise pour affirmer que le PDCI était déjà ma maison, là où mon grand-père, ma grand-mère limitaient déjà et m’ont légué les armoiries du PDCI-RDA. Il n’était pas sain que je fasse autre chose. L’offre qui a été faite par le PDCI rencontrait un fond déjà établi de naissance et de belle lurette, complétée au fond créé par moi-même, c’est-à-dire avec mes collègues de l’Observatoire pour le Développement, l’Amitié et la Prospérité en Côte d’Ivoire (ODAPCI) pour lutter contre l’ignorance et la pauvreté. C’est ce qui a occasionné la rencontre avec le Président Henri Konan Bédié qui a été sanctionnée par un communiqué et une déclaration.
Vous avez, à l’issue de cette rencontre, affirmé que votre lutte contre la pauvreté et l’ignorance réjoint celle du PDCI-RDA. Expliquez-nous cette affirmation.
Le PDCI est un parti de combat, un parti qui a lutté pour restaurer la dignité des Africains et des Ivoiriens. Le PDCI-RDA a permis aux Ivoiriens de sortir de la traite négrière, de la colonisation et de l’emprise négative de la France sous le plan économique dans un premier temps. Cela s’appelle, lutter contre l’ignorance, puisque c’est cette ignorance de soi (comme étant un être capable de s’auto-
déterminer, de s’auto-définir, de se prendre en charge sur le plan politique, économique, structurel) qui a fait que les Ivoiriens avaient abandonné la lutte et souscrit au travail forcé du colon dans les plantations, les champs et sur les routes.
Comment les cadres, les populations de votre région, le Lôh-Djiboua ainsi que les membres de l’ODAPCI ont accueilli cette demande(programme de gouvernement de la région)? 
 
 
Ça a été très bien accueillie. La preuve, nous sommes arrivés en tête des intentions de vote en deux(2) ans de présence sur le chiquier électoral sans être un parti politique. Nous sommes hissés leader en terme des intentions de vote dans la région. Donc, l’opinion locale et nationale ont bien accueilli la lutte contre l’ignorance et la pauvreté que nous portons à bout de bras et qui est loin d’être terminée.
Pouvez-vous dresser le bilan de vos actions menées en faveur de la région du LOH-DJIBOUA en tant que Président de l’ODAPCI ?
 
 
L’ ODAPCI, avec à sa tête le flambeau du LOH-DJIBOUA, a agi sur plusieurs plans et plusieurs thématiques aussi pour mettre sous ce teignoire l’ignorance et tenter de contenir la pauvreté.
Il y a l’appui que l’organisation a apporté aux paysans, aux producteurs de palmier à huile, de cacao, dans l’enseignement des méthodes phytosanitaires pour pouvoir avoir de meilleurs plateaux de production.
Sur le plan religieux, nous avons fait des dons significatifs(des dons de matériels de construction dans la région) dans des églises et des mosquées.
Après quoi, nous sommes intervenus dans le domaine de la santé (distribution des matelas, de lits, offre d’une ambulance médicale à toute la région basée au CHR de Divo). A côté de cela, nous sommes beaucoup présents dans le domaine culturel notamment les festivals, les carnavals et autres que nous avons toujours financés.
Au plan sportif, nous avons parrainé, 100 à 150 tournois de football.
On a aussi offert, à Lakota, Guitry, Divo, des permis de conduire aux jeunes. On a créé des emplois pour les femmes (matériel de création d’activités génératrices de revenus, de commerce).
Au niveau de la chefferie, qui est le moteur de nos traditions, nous avons offert du matériel de fonctionnement (un véhicule, des climatiseurs, équipements de la chefferie régionale de Divo), etc.
Toutes ces actions ont été menées pour lutter contre l’ignorance c’est-à-dire, au cours des rassemblements, nous faisons passer le message de cohésion, de fraternité, de vivre ensemble, du réveil, pour que dans notre région, plus personne ne se sente lésée, en miniature.
Après cette adhésion PDCI-RDA, quelles sont vos ambitions politiques (s’agissant des régionales et municipales de 2023 et présidentielle de 2025)?
 
 
 
Nos ambitions politiques, c’est le bien-être des populations du LOH-DJIBOUA et de la Côte d’Ivoire. Ça, c’est le projet le plus ardent, urgent. Il faut que les bénéfices de notre engagement (au PDCI) profitent aux populations de Divo, de Lakota, de Guitry d’Hiré et à toute la Côte d’Ivoire.
Si d’aventure, la Direction du parti vous demande de vous porter candidat aux élections régionales ou municipales à venir, accepteriez-vous cette demande ?
 
 
On n’y est pas encore. Mais si c’était le cas, on y réfléchirait. On n’est pas seul. On est bien entouré par des conseillers. Du moment venu, on envisagerait.
Quel sera votre rôle en tant que cadre, désormais, du PDCI-RDA dans les prochaines régionales et municipales ?
 
 
Nous allons demander aux populations de voter massivement le PDCI-RDA. Oui, ça c’est clair. Le projet que porte le PDCI, c’est le projet que nous incarnons. Donc, nous allons demander aux populations de voter clairement ce projet et de donner une chance à la région du LOH-DJIBOUA, de se hisser parmi les régions les plus en vue en Côte d’Ivoire. Ce n’est pas une ambition personnelle.
A l’issue de cette rencontre, le Président Bédié ne vous a-t-il pas fait des confidences ? 
 
 
Le Président Bédié est un homme sage. Il sait ce qu’il dit. Et nul doute qu’il pense beaucoup plus de bien de ma région et de mon pays. Le reste lui appartient de révéler ce qu’il a réellement prévu pour son agenda politique. Quant à moi, en tant que fils, cadre et acteur de développement, nous continuerons notre marche avec le PDCI qui peut compter maintenant sur l’appui de l’ODAPCI que nous avons créé.
A vous entendre parler, vous ne parlez plus qu’en tant que Président de l’ODAPCI mais plutôt sous la Direction du parti, le PDCI-RDA. Pourquoi ?
 
 
Je parle au nom de tout ça à la fois parce que je suis le flambeau du LOH-DJIBOUA. Je conduis le destin de cette région sur le plan spirituel, moral, intellectuel. Mon devoir, c’est d’orienter ma région vers une meilleure destinée. Aujourd’hui, j’estime que la meilleure destinée, c’est le PDCI-RDA, comme ce message rencontre celui de l’ODAPCI qui a été créé par le flambeau. Je donne les orientations en tant que flambeau et je souhaite être suivi par toute la région et je crois que la région du LOH-DJIBOUA me suivra.
Que pensez-vous de la rencontre des trois Grands (Bédié, Gbagbo et Ouattara) du 14 juillet dernier au palais présidentiel ?
 
 
C’est une rencontre qui célèbre la cohésion nationale. Elle est nécessaire et il faut l’encourager.
Avez-vous des propositions concrètes à faire pour une paix durable en Côte d’Ivoire ? 
 
 
Il faut que la vérité soit dite sur tous les grands sujets d’intérêt national, c’est-à-dire, qu’on se parle franchement, que les libertés soient garanties. Que les personnes emprisonnées pour des opinions politiques, des personnes en exil soient libérées et que celles qui connaissent des injustices sociales soient rétablies. Après ce préalable humain, chacun se sentira plus à l’aise.
Quel message pouvez-vous laisser aux militants du PDCI-RDA, aux cadres et populations du LOH-DJIBOUA ? 
 
 
 
J’appelle à la paix et à la réconciliation. Cela passe par des actes positifs. Que chacun pose des actes positifs et que chacun privilégie l’intérêt national aux intérêts égoïstes et personnels. Peu importe le parti, l’idéologie, ce qui est important c’est l’unité nationale.
Réalisée par Sunday ALAIN