- Advertisement -

Le Président de la SIVUS, Pr Kouamé N. à l’ouverture des JIEM: »Nous invitons tous ceux qui veulent faire de l’échographie à se former »

63
Listen to this article

 

« Échographie et défis de l’accès aux soins dans nos régions ». Tel est le thème principal des 3èmes Journées ivoiriennes d’échographie multidisciplinaire (JIEM 2024), ouvertes, ce jeudi, à l’hôtel Palm club d’Abidjan-Cocody, en présence de plusieurs professionnels de la santé et spécialistes. 
Organisée par la Société Ivoirienne d’Ultrasonographie(SIVUS), en collaboration avec la Société Méditerranéenne et Africaine d’Ultrasons(MASU) et la Société Mondiale d’Ultrasonographie), les Journées ivoiriennes d’échographie multidisciplinaire « se veulent un moyen de sensibilisation des professionnels de la santé sur l’utilisation efficiente de l’outil échographique afin de réduire les disparités dans l’accès aux soins pour tous », a indiqué Pr N’GORAN Kouamé Philippe, Président de la SIVUS. Mieux, l’objectif de ces Journées est de « former les échographistes, l’ensemble des praticiens, afin de vulgariser l’échographie, qui est un outil performant en imagerie mais aussi à moindre coût et permettre aux populations d’en bénéficier », a-t-il expliqué.
Avant de préciser que les personnes habilitées à faire l’échographie en Côte d’Ivoire sont les médecins radiologues, les cardiologues, les gynécologues, etc.
Il a également invité tous ceux qui veulent faire l’échographie à se former à la SIVUS.
Le Professeur Kouamé N’Goran a, par ailleurs, appelé le Ministère de la santé, de l’hygiène publique et de la couverture maladie universelle et le Gouvernement à aider la SIVUS à promouvoir la santé des populations dans toutes les régions de la Côte d’Ivoire en appuyant la formation en échographie et la pratique de la télé-échographie à travers la SIVUS. Car, soutient-il, chez nous (à la SIVUS), la clé c’est la formation et la réglementation autour de la pratique de l’échographie », a-t-il dit, soulignant que l’échographie présente de nombreux avantages. « Elle est non seulement l’imagerie la moins coûteuse tant au niveau de l’acquisition du matériel qu’au niveau du coût de sa réalisation ».
Abondant dans le même sens, la conseillère et Représentante du Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Pr GNAGNE Koffi Yolande, a indiqué que l’échographie est aujourd’hui « un outil diagnostic incontournable. Elle est accessible à moindre coût et surtout sûre du fait de son innocuité « , a fait savoir Pr GNAGNE.
Les recherches et les innovations doivent, selon elle, être encouragées.
La Conseillère du Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique n’a pas manqué de saluer l’initiative de la SIVUS, qui est de promouvoir la recherche, la formation et la pratique en échographie en Côte d’Ivoire afin de la vulgariser et la rendre accessible à tous les professionnels de la santé.
Ces JIEM, qui se tiennent durant deux jours (07 et 08 mars), seront meublées par un panel portant sur la réglementation de l’échographie en Côte d’Ivoire et plusieurs communications orales et ateliers sur des thèmes très édifiants dont la télémédecine, la télé-échographie, etc.
Une réglementation sera mise en place et une loi sera également proposée à l’issue de ces journées afin d’éviter le désordre dans ce domaine.
Pour rappel, la SIVUS est une société savante multidisciplinaire inclusive qui s’adresse à tous les professionnels de la santé utilisant l’outil échographique comme moyen diagnostic. Son objectif épouse celui de la WFUMB et de la MASU, qui est de vulgariser l’échographie par la formation de tous les professionnels de la santé afin que celle-ci soit le prolongement de l’examen clinique.
S.A.