- Advertisement -

Fédération des Tradipraticiens: Ano Kouao pointe du doigt le changement climatique

188
Listen to this article

Le président de la fédération des Tradipraticiens de santé et naturothérapeutes de Côte d’Ivoire Daniel Ano Kouao, a animé une conférence de presse le mercredi 19 janvier à son cabinet situé en face de l’ immeuble Bad au plateau. Le thème était  » Les pathologies liées au changement climatique ». Selon lui, la planète toute entière est menacée par la pollution.  » Les scientifiques l’ expliquent par le changement climatique. Si dans les pays industrialisés on attribue cette menace à l’ industrialisation, chez nous en Afrique et particulièrement en Côte d’Ivoire, nous pointons un doigt accusateur sur la disparition de notre forêt. Notre forêt qui nous permet de résister à de nombreuses pathologies à travers la médecine traditionnelle n’ existe aujourd’hui que de nom » a-t-il déploré.
Il a souligné que cette destruction de la forêt est le fait des cultures extensives sur brulis, mais surtout l’ exploitation abusive des arbres de la forêt. » A ces phénomènes liés aux comportements de l’ homme s’ ajoutent de nouveaux fléaux : il s’ agit de l’ utilisation abusive des pesticides dans la nature, l’ orpaillage clandestin qui pollue nos régions a travers les bas- fond, les fleuves et rivières » a – t- il dit. Il a ajouté qu’ au plan national, le changement climatique fait qu’ on ne maîtrise plus rien, ni les maladies ni le climat, avec les pluies et les inondations.  » Voici ce qui explique ce mystère de grippe sévère, de toux chronique, ces problèmes respiratoires l’ accentuation des crises d’ asthme, de faiblesse du système immunitaire que d’ aucuns pourraient qualifier de complication et de variant de la pandémie à covid 19″ a dit le président de la fédération des Tradipraticiens. Il a noté qu’ avec la collaboration entre la médecine traditionnelle et conventionnelle, il existe des médicaments traditionnels améliorés, testés dans les laboratoires, pour soigner différentes maladies. Il a salué l’ existence de la loi sur la médecine traditionnelle qui traduit une avancée et souhaité une subvention de l’État.  » Notre préoccupation est d’ oeuvrer pour que les populations se soignent à moindre coût » a-t- il conclu.
C.W