- Advertisement -

Éducation nationale : Le SYNEPPCI exige la supression des cours de mercredi et le retour à la semaine de 4 jours

86
Listen to this article

Le 41ème congrès du Syndicat National de l’Enseignement Primaire Public de Côte d’Ivoire (SYNEPPCI) s’est tenu les 10 et 11 Août 2023, à son siège sis à Abidjan-Yopougon (Maison de l’Enseignant).

A l’issue de ce congrès ordinaire, qui a enregistré la participation de plusieurs Inspecteurs de l’enseignement préscolaire et primaire, Secrétaires Généraux des centrales syndicales (UGTCI, Humanisme, etc), Présidents de faîtières,  Secrétaires Généraux des Syndicats frères (MIDD, SYNESCI, SAEPPCI, OSEPCI, SYNADEEPCI, etc), plusieurs résolutions ont été prises.
Il s’agit de la supression des cours de mercredi et le retour à la semaine de quatre (4) jours, l’abrogation de l’arrêté 0041 interdisant aux Directeurs d’école la pratique syndicale, le reversement des Instituteurs Adjoints dans le corps des Instituteurs Ordinaires après 15 ans de service et l’octroi d’une prime à des instituteurs exerçant dans les localités sans commodités.
Dans sa brillante allocution, le Secrétaire Général national du SYNEPPCI, réélu lors de ce congrès pour un mandat de 4 ans, ANDJOU ANDJOU a indiqué que son mandat, placé sous le signe de l’autonomie à travers l’action, « a tenu toutes ses promesses ».
En effet, « nous avons, au cours de ce mandat, pu achever la Maison de l’Enseignant, lancé l’opération immobilière qui permettra à nos camarades d’avoir un toit, bouclé le projet de la construction d’un hôtel de quarante (40) chambres sur notre site et doté notre organisation d’un Institut de Formation permettant à nos membres d’assurer leurs missions syndicales avec efficacité », a-t-il déclaré.
Ajoutant qu’au niveau de la lutte syndicale, le SYNEPPCI « a pris part aux différentes négociations avec nos centrales syndicales pour la signature de la trêve sociale dont quelques avantages acquis nourrissent notre espoir d’un mieux-être et entend poursuivre les négociations sectorielles pour les préoccupations spécifiques à nôtre corporation « , a-t-il dit.
ANDJOU ANDJOU a également précisé que c’est dans un contexte de dialogue social engagé et de réforme de notre système éducatif que se tient ce congrès, placé sous le thème syndicale : « Le SYNEPPCI, chaîne de génération, actions futuristes ».
Pour lui, le SYNEPPCI est une véritable chaîne de générations qui « a su transcender le temps pour se projeter dans l’avenir en posant des actions de tous les temps ».
Il a souligné le rôle éducatif que joue l’organisation dont il a en charge en l’occurrence le SYNEPPCI, en faveur des enseignants pour la promotion d’une éducation de qualité.
Il est donc, poursuit-il, « nécessaire de mettre l’accent sur la formation initiale et la formation continue. Le SYNEPPCI se propose de faire de la formation continue de tous ses membres, son cheval de bataille », a assuré le Secrétaire Général national, ANDJOU ANDJOU.
Représentant la Marraine du congrès et Ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, Mme DOUMBIA Salimata a, quant à elle, indiqué que le SYNEPPCI est une force de proposition et salué ses résolutions prises.  « Les résolutions que nous avons trouvées sont pertinentes. Nous allons les transmettre à Mme le Ministre pour analyse. Certaines peuvent avoir des solutions dans l’immédiat et d’autres à moyen terme », a-t-elle assuré. Tout en espérant que le SYNEPPCI, qui est, à l’en croire, « l’un de nos syndicats phare continuera à entretenir de bonnes relations avec notre Ministère », a-t-elle dit.
Non sans manquer de féliciter le Secrétaire Général national pour sa réélection et qui considère le Ministère de l’éducation nationale comme sa « chose » et fait réellement des propositions très constructives pour une éducation de qualité. « Nous comptons sur lui pour continuer à entretenir avec le Ministère de l’éducation nationale ces bonnes relations du passé », a conclu l’émissaire de la Ministre Mariatou Koné.
Sunday Alain