- Advertisement -

Défense des droits de l’homme/La FIDHOP présente les membres de son nouveau Bureau Exécutif central

111
Listen to this article

Le Président de la Fondation Internationale pour l’Observation et la Surveillance des Droits de l’Homme et la Vie Pacifique (FIDHOP), Dr BOGA Sako Gervais a procédé, le samedi 11 février 2023, à la présentation des membres du Bureau Exécutif Central de la FIDHOP.

C’était au cours d’une conférence de presse qu’il a animée au siège de l’organisation de la société civile, à Cocody. Il avait à ses côtés le Professeur Dadié Dia Célestin, 1er vice-président de la FIDHOP et Me Hervé Gouamélé, 2e Vice-président.
Selon le Président de la FIDHOP, Dr BOGA Sako Gervais, le nouveau Bureau Exécutif Central de la FIDHOP comprend 50 membres. Il est constitué de 16 Vice-présidents, d’un (01)Secrétaire Général et 06 Secrétaires Généraux Adjoints, de deux(02) secrétaires à l’organisation, de deux(02) membres de la trésorerie (une trésorière générale et une trésorière générale adjointe), de deux(02) Commissaires aux comptes, de 07 Représentants-pays des Délégations FIDHOP. Le nouveau Bureau Exécutif Central comprend également une cellule de communication et NTIC, une cellule de mobilisation et des droits des jeunes, une cellule des droits des femmes et des enfants, une cellule des Affaires sociales et culturelles ainsi qu’une cellule chargée des questions de sécurité.
Le Président de la FIDHOP a aussi indiqué la création des sections nationales dans les grandes villes et hameaux du pays et la recherche de financement à travers des projets.
En ce qui concerne la durée du mandat du Président de la FIDHOP, il est de 3 ans renouvelable une seule fois.
Dr BOGA Sako Gervais a, par ailleurs, salué la libération de la Présidente du mouvement Alternative Citoyenne Ivoirienne (ACI), Pulchérie Gbalet(placée sous contrôle judiciaire). <<Aujourd’hui, je suis très heureux que Pulchérie Gbalet soit libérée>> s’est réjoui l’Enseignant de Lettres à l’UAO de Bouaké.
Pour le Président de la FIDHOP, il faut, « dans un Etat de droit, permettre aux défenseurs des droits de l’homme de s’exprimer. La République doit nous (défenseurs des droits de l’homme)protéger »a-t-il dit.
Avant d’ajouter que le respect des droits de l’homme est essentiel dans un pays.
Non sans manquer de dénoncer les mauvais traitements des ivoiriens vivant
en Tunisie, récemment traqués et maltraités par la police.
Il a annoncé la signature d’un protocole d’accord entre la FIDHOP et les Docteurs non recrutés.
Anciennement Fondation Ivoirienne pour l’observation et la surveillance des droits de l’homme et la vie politique, la FIDHOP est une organisation de la société civile créée le 1er avril 2009. Elle est une institution non étatique, non confessionnelle, apolitique et indépendante. Elle est aujourd’hui représentée dans 12 pays de l’extérieur.
S.A.