- Advertisement -

2 ème forum continental du GMES: L’ observation satellitaire pour le développement de l’ Afrique

106
Listen to this article
Le deuxième forum continental de GMES et Afrique s’ est ouvert le lundi 6 décembre, à la patinoire du Sofitel hôtel Ivoire. Cette rencontre qui va durer jusqu’au 10 décembre, va permettre aux participants venus de 20 pays africains et européens, de discuter des réalisations et des enseignements tirés de la première phase de gmes and africa et d’ élaborer la stratégie pour la mise en oeuvre de la deuxième phase. Le thème de la rencontre d’ Abidjan est: « L’ observation de la terre, la durabilité environnementale et la croissance économique en Afrique ». Ce thème est tiré de l’ agenda 2063 de la commission de l’ Union Africaine,  qui met l’ accent sur la croissance économique et le développement socio- économique. Le forum GMES and Africa, est une plateforme d’ engagement pour les participants, en vue d’ améliorer et d’ intégrer les services d’ observation de la terre pour le développement socio- économique. En clair, il s’ agit de l’ utilisation des images du satellite, pour gérer efficacement les ressources naturelles et accroître les revenus par une meilleure planification.

Lors de la cérémonie d’ ouverture, plusieurs allocutions ont été prononcées, dont celle du Pr Affian Kouadio, vice président de l’ université Félix Houphouët- Boigny et représentant du Gmes and africa. Il a souligné que consortium qui permet aux institutions africaines de travailler en réseau, a facilité le renforcement des capacités des ressources humaines en Afrique.Selon lui, la science géo spatiale aide au développement.
Le représentant de l’ Union Européenne en Côte d’ Ivoire son excellence Jobst Von Kirchmann, a indiqué que le forum Gmes est crucial pour la création d’ un réseau au niveau continental. Il a salué la coopération géo spatiale avec les agences européennes dont le service copernius, qui permet de lutter contre le changement climatique, gérer les ressources naturelles, assurer la sécurité alimentaire etc.. »  Il est important de regarder la Terre au niveau de l’ espace pour voir ce qui s’ y passe. En Côte d’ Ivoire, il y a plein de chantiers où l’ on peut utiliser le programme gmes, par exemple la lutte contre la déforestation et la gestion des matières halieutiques » a-t-il dit.
Pr Sarah Anyang Agbor, commissaire Éducation de base, Science , Technologie et innovation à la Commission de l’Union Africaine a également relevé l’ importance de l’ observation géo spatiale pour le développement du continent. » Cette rencontre d’ échanges et de partage des idées, va aider au développement socio économique de l’Afrique. Nous devons travailler au niveau politique pour obtenir le développement durable » a- t- elle dit. Elle a ajouté que la première phase du Gmes and africa lancée il y a cinq ans en tant que programme panafricain, est considérée comme un début pour l’ exploitation spatiale par l’Afrique. Elle a salué le partenariat fructueux de Gmes and africa avec l’ Union Européenne, ce qui permet d’ obtenir les informations importantes à la prise de décision.
Le Pr Adama Diawara, ministre de l’ Enseignement Supérieur et de la recherche Scientifique, a noté que l’ observation satellite a un large champ d’ actions. Il a annoncé que la Côte d’Ivoire prépare son programme spatial. Quant au
ministre de l’ Environnement et du Développement Durable Jean Luc Assi, représentant le Premier ministre Patrick Achi, il. a souligné que la survie de l’ homme sur la planète dépend de l’ environnement. Il s’ est dit heureux que la Côte d’Ivoire accueille le 2ème forum continental du Gmes and africa. Il a souhaité que cela permette entre autres de relever les défis du changement climatique et conclu qu’ aucune planification ne peut se faire sans données satellite.  » Ce programme a permis de cristalliser les services continentaux d’ observation de la Terre, comme le prévoit la politique et la stratégie spatiale africaine, et de mettre à la disposition des institutions africaines, des données et des équipements d’ observation de la Terre par le bias du service Copernicus de l’Union Européenne.
Calvin Wandji