- Advertisement -

- Advertisement -

Déclaration du FPI Relativement aux actes criminels contre son Président

25

Le dimanche 17 octobre 2020, à Bongouanou, la résidence du premier ministre Pascal AFFI N’Guessan, président du FPI et l’Institut d’enseignement général et technique (IEGT), un établissement appartenant au député-maire de la commune, Gilbert Amalaman, un cadre du FPI ont été incendiés  par des individus dont le dessein manifeste  est de perpétrer  des actes criminels pour intimider les leaders de l’opposition.

Le FPI observe que cette situation intervient au moment où le Président du FPI est pleinement engagé dans le mot d’ordre de désobéissance civile lancé par la plateforme de l’opposition. 

Le FPI sait également que cet acte n’est pas un cas isolé, lié à la situation qui prévaut à Bongouanou, mais plutôt un acte planifié par des commanditaires peu courageux et tapis dans l’ombre.

Tout en exprimant son soutien  et sa totale solidarité avec  son président et le député maire de Bongouanou, le FPI tient à réaffirmer que de tels actes criminels ne sauraient nullement ébranler sa détermination ainsi que celle du président Pascal Affi N’Guessan à poursuivre la lutte pour l’état de droit et la démocratie dans notre pays.

Le FPI invite les autorités à privilégier la voie du dialogue, seule issue véritable au règlement de la crise liée au processus électoral.

Le FPI tient pour acquis que les intimidations et autres harcèlements ne sont, dans le contexte actuel, qu’un aveu d’impuissance des commanditaires et autres thuriféraires du régime en place. 

Dans l’immédiat, le FPI a commis son conseil aux fins de porter plainte contre X et saisi les organisations nationales et internationales des droits de l’Homme.

Fait à Abidjan, le 18 octobre 2020

Le Secrétaire Général et Porte-parole

Issiaka Sangaré