• 2 août 2021 15h31

Lutte contre le cancer : Le CNRAO a organisé à Abidjan un atelier de réflexion sur la mutualisation des ressources en vue de contribuer au renforcement de l’accessibilité financière aux traitements anticancéreux

ByGermain Ndri

Juil 3, 2021

Dans sa volonté de faire de la Côte d’Ivoire un pays où le cancer n’est plus un drame mais une maladie chronique, l’État de Côte d’Ivoire a, dans sa politique sociale à travers la Présidence de la République et le Ministère de la Santé, de l’Hgiène publique et de la Couverture Maladie, mené plusieurs actions sociales ( en terme d’infrastructures médicales dédiées au traitement du cancer, de dépistage, de diagnostic et d’accessibilité financière au traitement) à l’endroit des personnes touchées par le cancer.

En dépit de ces actions sociales menées par l’Etat, force est de reconnaître que l’information sur les possibilités de prise en charge des patients est très peu relayée par les associations et ONG de lutte contre le cancer en Côte d’Ivoire.
En vue de permettre au grand nombre de patients en difficultés de bénéficier de ces actions sociales, le Centre National d’Oncologie Médicale et de Radiothérapie Alassane Ouattara (CNRAO) a initié, ce jeudi 1er juillet 2021 à Cocody, une rencontre qui a réuni la COLCC( Coalition de Lutte contre le cancer) et une dizaine d’autres organisations et associations de lutte contre le cancer de Côte d’Ivoire autour du thème : “Mutualisation des ressources en vue de contribuer au renforcement de l’accessibilité financière aux traitements anticancéreux”.

En organisant cet important atelier de réflexion, l’objectif du CNRAO est d’informer les ONG et associations de lutte contre le cancer des actions sociales entreprises par l’Etat dans la lutte contre le cancer ainsi que des dispositions sociales mises en place par le CNRAO à l’endroit des patients en difficultés et créer une synergie d’actions en vue de renforcer l’accessibilité financières aux traitements anticancéreux.

Cet atelier a été marqué par des témoignages édifiants de trois (3) patientes du CNRAO ayant bénéficié des actions sociales dudit centre, des travaux de 3 groupes (un groupe sur le circuit de paiement, un groupe sur le circuit de recouvrement et un autre groupe sur la mobilisation des ressources), la restitution des travaux de ces 3 groupes ainsi que des recommandations.

Dans sa brillante présentation, la Directrice du CNRAO, Pr DIDI-KOUKO Coulibaly a dressé le bilan des activités sociales du CNRAO.
Ces actions sociales se résument en la possibilité de commencer à se traiter sans payer puis de proposer secondairement un rythme de paiement par fractionnement, la possibilité de débuter un traitement en ne payant qu’un acompte à la hauteur de la disponibilité financière du moment puis de solder à son rythme et la possibilité non seulement de bénéficier d’une remise mais également de fractionner le paiement du montant restant.
Toutes ces actions sociales permettent aux patients, dans un hôpital public, de lutter efficacement contre le cancer et bénéficier de toutes les chances de guérison avec un allègement de la problématique financière.

Selon le Pr DIDI-KOUKO Coulibaly, cet atelier de réflexion revêt toute son importance en ce sens “qu’il y a aujourd’hui plusieurs acteurs dans la lutte contre le cancer. Et tous ces acteurs ont entendu et vu aujourd’hui la volonté politique manifestée de l’Etat de Côte d’Ivoire de lutter contre le cancer”. Puis d’ajouter que la réussite de la lutte contre le cancer est basée sur l’équipe et non le groupe. Car, dit-elle, “notre objectif est le patient et non l’hôpital ou l’organisation”.

Elle a, par ailleurs, indiqué que le cancer n’est pas une fatalité parce que, nous, “membres de la société civile, pouvons apporter notre part aux côtés du gouvernement ivoirien”.
<< Le cancer se guérit de toutes les manières lorsqu’il est découvert tôt. A défaut, il peut se transformer en maladie chronique>> a-t-elle affirmé en substance.

A en croire le Directeur de Cabinet du ministère de la santé, de l’hygiène publique et de la couverture maladie universelle, Dr KOFFI Aka Charles, le cancer est l’une des principales causes de mortalité dans le monde.
En effet, en Afrique subsaharienne et particulièrement en Côte d’Ivoire, cette maladie, indique-t-il, constitue un véritable problème de santé publique.
<< Chaque année, 17 000 nous cas sont découverts et 11 560 décès sont enregistrés . Autrement considéré comme la maladie des pays riches, le cancer est aujourd’hui l’apanage des pays pauvres comme le nôtre>> a-t-il affirmé.
Face à cette situation, l’État a mené des actions en vue renforcer sa prise en charge.
Selon le Dr KOFFI Aka Charles, beaucoup a été fait afin de permettre aux populations ivoiriennes de pouvoir se traiter convenablement en Côte d’Ivoire même si elles n’ont pas les moyens. “Cependant, lorsque nous regardons dans les défis qui se présentent à nous dans cette lutte, nous pouvons dire que du chemin reste encore à être parcouru” a fait savoir Dr KOFFi Aka Charles.
Tout en invitant tout le monde ( gouvernement, société civile, Fondation, Entreprises et Particuliers) à travailler d’un commun accord, main dans la main afin de relever ces défis.

Notons que depuis le 25 janvier 2018, date d’ouverture du CNRAO jusqu’au 28 mai 2021, l’établissement reçu 5 099 nouveaux patients dont 976 ont bénéficié des actions sociales, 109 patients ont bénéficié d’une prise en charge complète par la Présidence de la République à hauteur de 29 048 991 de FCFA, 258 patients ont bénéficié d’une prise en charge complète par le conseil de sécurité estimé à 214 956 766 FCFA et 609 patients ont bénéficié du service social du CNRAO à hauteur de 658 678 894 FCFA.

Faut-il le rappeler, le CNRAO a été inauguré le 18 décembre 2017 et a officiellement ouvert ses portes à la population le 25 janvier 2018. C’est un hôpital public spécialisé dans la prise en charge holistique des personnes touchées par le cancer et abrite le premier service de radiothérapie de la Côte d’Ivoire.

 

S.A.