• 22 juin 2021 16h29

Secteur de l’artisanat: L’ABP-CI met le cap sur la professionnalisation

ByGermain Ndri

Mar 16, 2021

L’Association des bijoutiers professionnels de Côte d’Ivoire (ABP-CI), présidée par Gouaméné Bessouh Julien, veut affranchir ses adhérents de l’informel.  C’est le substrat de ce qui ressort de la rencontre du 10 mars dernier à Abobo. Dans un langage rompant avec la langue de bois, le président Gouaméné, a été clair en soutenant sans fioritures qu’à cette heure de la professionnalisation et de la modernisation à outrance, le secteur de la bijouterie ne saurait rester en marge de ces processus. Mais avant d’aborder les plats de résistance, il a fait le point de la rencontre du 15 février dernier entre sa structure avec le ministre de l’Artisanat, Sidiky Konaté. Selon lui, cette rencontre qui avait pour thème : ‘’ Mise en place d’une politique rigoureuse d’encadrement du secteur’’, a particulièrement débattu de l’Arrêté Ministériel n°00085 / MM/CAB du 12 septembre 2019 fixant les conditions et modalités des métaux précieux et des pierres précieuses autre que le diamant brut, du Ministère des Mines et Géologie. A croire l’orateur, sur cet Arrêté, le ministre Sidiky Konaté a adressé un courrier à son homologue aux fins de son annulation. Car, selon lui, le secteur de la bijouterie fait partie des activités de l’Artisanat conformément au Décret n°2016-1154 du 28 décembre 2016 instituant la nomenclature des activités de l’Artisanat dans la branche 8 : Artisanat d’art et décoration. De fait, toutes réglementations afférentes à ce secteur, doivent nécessairement passer par le Ministère de l’Artisanat. Passé ce compte rendu, Gouaméné Bessouh Julien, a rappelé aux siens qu’ils doivent désormais embrasser la professionnalisation, sortir de l’informel pour embrasser la rigueur de la modernisation et de la professionnalisation sans sourciller. « (…) Si on ne s’organise pas, si on ne va pas à la professionnalisation, à la modernisation sans ambages, on va perdre notre secteur. Ce secteur va nous échapper », dit-il. Avant d’exhorter tous les membres de son organisation professionnelle, et par-delà tous les autres bijoutiers à s’octroyer leur carte et registre de métiers, afin de pouvoir bénéficier des avantages de la Chambre de métiers et du Ministère. En présence des membres venus aussi bien de toutes les communes du District d’Abidjan que de quelques villes de l’intérieur du pays comme Yamoussoukro, Bessouh Julien a informé qu’il faut maintenant passer à l’installation des délégués départementaux et régionaux. Une décision saluée par tous.

Koné Seydou