• 24 juin 2021 15h48

Législatives du 06 mars 2021/ Le Président de l’USD, Henri NiAVA face à la presse :<< Nous ne sommes pas concernés par ces élections législatives, d'avance faussées, imposées par Alassane Ouattara>>

ByGermain Ndri

Jan 15, 2021

Suite à la participation d’une partie de l’opposition à la session du dialogue politique tenu du 21 au 29 décembre 2020 et aux élections législatives du 06 mars 2021, sept (7) partis et groupements politiques de l’opposition ivoirienne ( le PIT, l’USD, le RPCI, le PCRCI, LC, GPS et le FDC) ont animé, ce mercredi 13 janvier 2021 à Cocody, une conférence de presse de clarification.
<< (…) Nous devons rester lucides. Les élections législatives qui sont annoncées, sont l’acte politique objectif majeur, destiné à authentifier le troisième mandat illégal que vient de s’octroyer Alassane Ouattara. Il n’est plus à démontrer qu’avec les discussions engagées le 21 décembre, le pouvoir cherche sans y parvenir, à donner à l’opinion ivoirienne et au monde entier, l’illusion d’un consensus et d’une ouverture démocratique à mettre à son actif. C’est pourquoi, nos 7 organisations ont cru bon de prendre ce jour, 13 janvier 2021, devant l’histoire, leurs responsabilités pour dire non et stop!!!>> a martelé Henri NIAVA, Président de l’USD, par ailleurs, porte-parole des radicaux de l’opposition.
Poursuivant, le porte-parole des radicaux de l’opposition a indiqué que ” les 7 partis et groupements politiques de l’opposition sont venus interpeler leurs partenaires de l’opposition” . << Nous considérons que ce que font nos amis de l’opposition actuellement est une erreur>> a dit Henri NIAVA. Et de préciser que” le problème n’est pas le boycott des élections législatives. Mais le problème, c’est de se battre pour avoir de vraies élections, il s’agit de la crédibilité des élections”.

Ces sept partis et groupements politiques de l’opposition ont également appelé à la tenue, en urgence, d’une grande rencontre de clarification et de remobilisation de l’opposition en vue de relancer sur les bases de leurs engagements antérieurs communs, leur lutte pour sauver la Côte d’Ivoire.

Ils ont, par ailleurs, lancé un appel à tous les partis et groupements politiques ainsi qu’aux populations de Côte d’Ivoire et de la diaspora de “refuser de céder à tous ceux qui ont comme projet, d’asservir le peuple” et “faire main basse sur les ressources du pays”.
Ces sept ( 7) partis et groupements politiques de l’opposition entendent organisent encore des rencontres de clarification les jours à venir.

 

S.A.